La question de la violence. Manchette et après
HTML
PDF

Parole chiave

terrorisme
violence
Lucas Belvaux
Mathieu Riboulet
Olivier Rolin

Come citare

RabatéD. (2020). La question de la violence. Manchette et après. Publifarum, (34). URL da http://www.publifarum.farum.it/index.php/publifarum/article/view/536

Abstract

Partant de l’affirmation de Jean-Christophe Bailly qu’en Mai 68 « la mort fut absente », j’analyse la nature du « mouvement » et la définition paradoxale de la violence révolutionnaire. La condamnation du terrorisme est très tôt engagée par Manchette dans Nada (1972) et mène à suivre le décalage de l’action terroriste en France, comparée à l’Allemagne et l’Italie. Je suis sa représentation chez Rolin et Riboulet comme dans le film de Lucas Belvaux : Cavale.

HTML
PDF

Riferimenti bibliografici

BAILLY, J.-C., Un arbre en mai, Paris, Seuil, coll. « Fiction & Cie », 2018.
BEZOMBES, R., CUEL, F., « Réponses », entretien avec J.-P. MANCHETTE, Temps Noir, n. 11, mai 2008.
BLANCHOT, M., Mai 68, révolution par l’idée, Paris, Gallimard, coll. « folio », 2018.
DESPENTES, V., Apocalypse bébé, Paris, Grasset, 2010.
DESPENTES, V., Vernon Subutex3, Paris, Grasset, 2017.
GRIMAUD, M., Mai 68. Mémoires, Perrin, coll. « Tempus », 2018.
HAMEL, J.-F., Nous sommes tous la pègre. Les années 68 de Maurice Blanchot, Paris, Minuit, « Paradoxe », 2018.
HAMON, H., et ROTMAN, P., Génération, Paris, Seuil, 1987 et 1988.
KAPLAN, L., Mathias et la révolution, Paris, P.O.L, 2016.
MANCHETTE, J.-P., Nada, Paris, Gallimard, coll. « La Série noire », 1972.
NOËL, B., Monologue du nous, Paris, P.O.L, 2015.
RIBOULET, M., Entre les deux il n’y a rien, Paris, Verdier, 2015.
ROLIN, O., Tigre en papier, Paris, Seuil, coll. « Fiction & Cie », 2002.
Creative Commons License

Questo lavoro è fornito con la licenza Creative Commons Attribuzione - Non commerciale 4.0 Internazionale.

Copyright (c) 2020 Publifarum